Vous êtes ici

Financement de l'enseignement supérieur : quel rôle pour les entreprises ?

En 2007, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités a consacré le principe d'autonomie des établissements d'enseignement supérieur. Le rapport Aghion, remis en janvier 2010 à Valérie Pécresse, a posé de nouveaux jalons. Au-delà de la question de l'autonomie et de celle de la gouvernance des universités, se pose aussi celle de leurs ressources : la mondialisation de l'enseignement supérieur implique une logique de concentration des acteurs et des investissements massifs, face auxquels les dotations publiques dont bénéficient les universités françaises apparaissent bien insuffisantes.

Début 2010, le Président de la République a appelé à la mise en place d'un système de "contractualisation" permettant de drainer l'argent des entreprises pour contribuer au financement des universités. A ce jour, la définition de ce système de « contractualisation » reste floue ; en particulier, elle laisse de nombreuses questions dans l'ombre : estimation des montants qui pourraient être effectivement levés (au regard, notamment, des comparaisons internationales), intérêt à agir des entreprises, implication de ces dernières dans la gouvernance des universités.

Dans son rapport, Pierre-André Chiappori, Professeur d'économie à l'Université de Columbia, dessine les conditions d'un nouvel équilibre entre l'investissement public, d'une part, et la contribution des ménages et des entreprises, de l'autre, dans le financement de l'enseignement supérieur français. Au-delà, il plaide pour une véritable révolution culturelle, autour de trois mots d'ordre : la recherche française prend un retard préoccupant ; un effort important et immédiat est indispensable ; et l'État ne pourra être la source unique, ni même principale, de cet effort. La renaissance de notre recherche doit devenir un impératif national, qui ne sera possible qu'avec la contribution de tous, et au premier rang de celle du secteur privé.

Emission Impact

Quel financement pour la recherche et l'enseignement supérieur ?, by TheStandaloneMedia

Interview de Pierre-André Chiappori

Chargement de player