Vous êtes ici

Longue vie aux « social impact bonds » français !

17 Mars 2016
Imprimer

Benjamin Le Pendeven, Baptiste Gachet et Yoann Nico, auteurs de l'étude de l'Institut de l'entreprise sur les Social impact bonds, publient une tribune dans  l'Opinion. 

Sous l’impulsion de la secrétaire d’Etat à l’Economie sociale et solidaire Martine Pinville, le gouvernement vient d’annoncer l’entrée de plain-pied de la France dans la logique des social impact bonds (SIB), ou plutôt, en français, « contrats à impact social ». Cette démarche nous semble très positive.

Le SIB est un mécanisme financier, inventé en 2010 en Grande-Bretagne, qui permet de financer des projets de prévention socialement innovants par des investisseurs privés (banque, fonds d’impact investing, fondation). Ce dispositif, construit sur la base d’objectifs sociaux ambitieux et prédéterminés, transfère le risque d’échec au financeur privé, plutôt qu’au contribuable, ce qui est habituellement le cas avec les logiques de subventions. L’Etat ou la collectivité ne rembourse l’argent investi qu’en cas de succès. Le service social est quant à lui porté par un acteur associatif ou une entreprise. L’objectif est de tester des solutions innovantes, peu connues voire jamais mises en place, et de les généraliser en cas de succès.

Poursuivre la lecture sur l'Opinion