Vous êtes ici

La surtaxation du travail qualifié en France

On propose rarement d'alourdir explicitement la taxation du travail qualifié, sauf pour certains se situant à l'extrémité de l'échelle, comme les grands patrons. On a assisté cependant depuis une quarantaine d'années à un puissant mouvement de transfert des prélèvements au détriment du travail qualifié et au bénéfice du travail non qualifié. On peut situer l'origine de ce mouvement au premier déplafonnement des cotisations sociales à la fin des années 1960. En conséquence, le travail qualifié, comme le capital, supporte aujourd'hui une ponction élevée. Il nous semble que nous arrivons aux limites.