Vous êtes ici

Le château des Carpathes ou le financement du syndicalisme

Le financement du syndicalisme fait régulièrement polémique. Pourtant, depuis la loi du 20 août 2008, « portant rénovation de la démocratie sociale », il est censé être transparent : cette réforme impose en effet aux syndicats – à quelque niveau que ce soit – de publier annuellement leurs comptes et, pour les plus importants d’entre eux, de les faire certifier par des experts-comptables et de les déposer sur le site du Journal officiel. La « transparence financière » constitue même l’un des sept critères qu’une organisation syndicale doit remplir pour être reconnue représentative, c’est-à-dire considérée comme un interlocuteur valable par les employeurs et par l’État.